Clovis Trouille chez Pierre Imans

Retour de guerre.

« Il me semble que toute la sagesse du monde est dans les yeux de ces bon-hommes de cire ». Raymond Roussel

Clovis Trouille chez Pierre Imans vers 1930

Clovis Trouille chez Pierre Imans vers 1930

       je rentre à la maison Imans qui créait des mannequins. J’ai commencé par modeler les visages et je posais des yeux en verre et des dentiers pour les ” rieuses “. Les têtes étaient en cire. Un jour, les artistes de cette maison ont fait une exposition. La direction s’est rendu comptes, alors, que j’étais peintre. Elle m’a mis au maquillage ( sourcils, lèvres ). Vous imaginez pas l’importance du maquillage. Comment on peut transformer un visage. Pour moi, ce fut capital. Une expérience unique. Ce travail était routinier, je pouvais penser à ma peinture. Je suis resté quarante ans chez Imans. J’ai la médaille du travail.

« La « CARNISINE», matière souple imitant la chair comme la cire, a l’avantage sur celle-ci d’une plus grande solidité pour les objets de petit volume comme les doigts ; la « CARNISINE » a donc résolu le problème, longtemps ardu, de la fragilité des mains pour les maisons qui emploient des mannequins destinés à une grande manipulation. »

 

Clovis Trouille chez Pierre Imans

Clovis Trouille chez Pierre Imans

Clovis Trouille chez Pierre Imans. Photographie Serge de Sazo

Clovis Trouille chez Pierre Imans. Photographie Serge
de Sazo

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

« Les modèles : nous avons fait appel, pour les créer, aux maîtres les plus éminents de la sculpture.

Après des essais long et coûteux, nous sommes parvenus à créer une composition de cire inaltérable sous tous les climats.

Notre nouveau procédé de maquillage par la peinture à la cire offre des avantages incontestables sur l’ancien maquillage à la poudre ponce. »

Grande fabrique de personnages, bustes, têtes de cire; Pierre Imans. Sculpteur-modeleur en cire – 10 rue Crussol – Paris.

Catalogue spécial pour M.M les coiffeurs.

 

sirene Atelier Pierre Imans

” La sirène ” – Atelier Pierre Imans.

Laisser un commentaire